Les conditions d’une bonne pratique sportive

Il est communément admis que la pratique régulière d'un sport est bénéfique pour la santé. Son influence positive sur le système cardio-vasculaire, ostéo-articulaire et musculaire permet de freiner l'inévitable vieillissement des fonctions physiologiques humaines

et de procurer aux sportifs la capacité d'aborder leurs activités quotidiennes avec davantage de confort et de sécurité.

Pourtant, avec l'âge, certains risques liés à la pratique sportive sont accentués. Après la cinquantaine, le corps est confronté à une série de modifications qui auront pour conséquence une adaptation plus lente aux activités physiques. Il s'agit donc de connaître les possibilités et les limites des aînés pour promouvoir auprès de ces personnes des activités physiques bénéfiques à leur santé.

Ce dossier a pour objectif de souligner les conditions d'une bonne pratique sportive en abordant les différentes caractéristiques et qualités de l'activité physique ainsi que l'entraînement et quelques précautions à suivre quelle que soit la discipline pratiquée.

1. Les caractéristiques de l'activité physique

1.1. La durée

Pour permettre au corps de tirer profit de l'action physiologique et métabolique de l'activité physique, chaque séance devra durer 30 minutes minimum. Il faut savoir cependant que ces 30 minutes peuvent être fractionnées durant la journée en plusieurs périodes de 5 ou 10 minutes. Sans oublier que prendre les escaliers plutôt que l'ascenseur, bêcher son jardin ou aller faire ses courses à pied, ça compte aussi !

1.2. La fréquence

Une seule chose importe, c'est la régularité. L'idéal est de se ménager du temps pour une activité quotidienne, mais l'on peut considérer que trois séances par semaine est une bonne moyenne. Il est par exemple préférable de marcher 30 minutes deux fois par semaine ou de faire 5 minutes d'assouplissement matin et soir que 2 heures tous les 15 jours.

1.3. L'intensité

Il existe deux types d'activité physique en fonction de l'intensité de l'exercice réalisé. On parle d'activités d'endurance pour les exercices de faible et moyenne intensité (marche, natation, vélo,...) qui peuvent être réalisés durant une période plus ou moins longue (attention cependant à la déshydratation pour les activités de plus de 2 heures). Les activités de résistance regroupent les exercices de forte intensité (sprint, squash,...) qui peuvent mener rapidement aux crampes et à l'épuisement. Pour les personnes de 50 ans et plus, nous privilégierons les activités d'endurance car elles seules permettent d'obtenir les effets bénéfiques d'un entraînement régulier sur l'organisme et évitent les risques liés aux activités de résistance (blessures dues aux accélérations rapides, aux changements brusques de direction et au travail en charge).

Pour évaluer l'intensité de votre effort, vous pouvez prendre votre pouls (fréquence cardiaque). Entre 60 % et 80 % de la fréquence cardiaque maximale (calculée par la formule suivante : 220 - âge), vous êtes en endurance, au-delà de 80 %, vous réalisez un effort de résistance.

2. Les qualités de l'activité physique

L'activité physique comprend 4 qualités principales : le renforcement musculaire, la souplesse, l'endurance cardio-respiratoire et la psychomotricité. Chaque sport intervient plus particulièrement dans l'un ou l'autre de ces domaines. Les séances d'entraînement veilleront cependant à contenir des exercices répartis dans chacun d'eux car tous sont nécessaires à un développement harmonieux du corps.

2.1. Le renforcement musculaire

Le travail musculaire permet d'entretenir la force et, par son action ostéo-tendineuse, la mobilité articulaire. Il contribue donc à maintenir une autonomie du mouvement. Chaque séance devra comporter des exercices mobilisant l'ensemble de la musculature.

2.2. La souplesse

Le travail d'assouplissement est primordial pour combattre les raideurs et l'atrophie musculaire. Comme le renforcement musculaire, il contribue à maintenir la mobilité articulaire. Il doit être réalisé à la fin de chaque séance, après le travail musculaire (les assouplissements sont en effet plus faciles à réaliser lorsque les muscles sont échauffés).

2.3. L'endurance cardio-respiratoire

Les activités d'endurance ont pour effet d'habituer le cœur à fournir un travail plus important pendant une période plus longue. Le travail de l'endurance permettra aux sportifs d'être moins vite essoufflés et de fournir des efforts de plus en plus longs.

2.4. La psychomotricité

Le travail de la psychomotricité permet d'améliorer la coordination, l'équilibre et la vigilance nécessaires à toute pratique sportive ainsi qu'aux activités journalières. Les séances d'entraînement devront donc comporter certains exercices de type psychomoteur (précision, équilibre, vitesse de réaction, coordination, latéralité, ...).

3. L'entraînement

3.1. Choix de l'activité

Le choix de l'activité et le type d'exercice demandé devront tenir compte de l'expérience de chaque participant.

Les personnes sédentaires, n'ayant jamais eu beaucoup d'activités physiques ou n'ayant plus pratiqué de sport depuis longtemps, ne connaissent pas leur corps ni leurs limites. Il faudra donc bien les conseiller quant à la façon d'organiser leur pratique sportive et commencer par des activités qui ne demandent que des efforts légers ou modérés.

Les vétérans, qui ont pratiqué un ou plusieurs sports de manière régulière tout au long de leur vie, connaissent les limites de leur organisme. Leurs activités sportives sont généralement raisonnables et peu risquées.

Enfin, les anciens sportifs de haut niveau sont souvent peu conscients du vieillissement de leur corps et pensent qu'ils ont gardé les même capacités qu'à 20 ans ! Il faudra être attentif à leur réapprendre leurs limites et à éviter les risques de traumatisme en freinant leurs ardeurs.

3.2. L'échauffement

Au début de chaque séance d'entraînement, une période de 5 à 10 minutes doit être consacrée à l'échauffement. Une série d'exercices légers permet au corps de se mettre progressivement en mouvement. L'augmentation de la température corporelle qui en résulte accroît la souplesse et l'élasticité des structures musculo-tendineuses ce qui permet de diminuer le risque de lésions traumatiques. Une attention particulière sera portée sur les parties du corps qui seront le plus sollicitées durant le reste de la séance.

3.3. Équilibrer la séance

Afin de respecter au maximum les capacités physiologiques du corps humain, un enchaînement équilibré des exercices est recommandé pour chaque séance. Ainsi, les exercices de forte intensité alterneront avec des exercices plus légers, des temps de repos seront aménagés pour les activités les plus dynamiques, les différentes parties du corps seront sollicitées, etc.

3.4. Le retour au calme

Les 5 ou 10 dernières minutes de la séance d'entraînement seront consacrées au retour au calme. Il s'agit de diminuer progressivement l'intensité de l'activité pour permettre au corps de retrouver son tonus de repos. Le retour au calme est l'occasion idéale de réaliser des exercices d'étirement pour les différents muscles qui ont été sollicités durant la séance.

Quelques conseils de réalisation :

  • Étirer lentement le muscle jusqu'au seuil de la douleur et maintenir la position 20 secondes minimum.
  • Jamais d'à-coup !
  • Ne pas dépasser le seuil de la douleur (l'étirement ne doit pas faire mal !).

4. Précautions

Voici quelques précautions supplémentaires pour une bonne pratique sportive :

  • Tenir compte du climat. Éviter de réaliser des efforts trop importants par temps très chaud ou très froid. S'habiller en fonction du temps (vêtement de pluie, casquette, ...).
  • Arrêter l'entraînement en cas d'affection virale ou de traumatisme (grippe, bronchite, entorse, etc.).
  • Veiller à s'alimenter et à boire correctement. Si vous faites du sport le matin, un petit déjeuner est indispensable pour fournir l'énergie dont vous aurez besoin. Attendez cependant d'avoir digéré avant l'activité. Ne jamais partir à jeun ni juste après le repas. Pour éviter la déshydratation, il faut boire de l'eau plate avant, pendant et après l'effort physique. Enfin, il est conseillé, surtout pour les diabétiques, de prendre avec soi un morceau de sucre ou un biscuit en cas d'hypoglycémie.
  • Veiller à acquérir un équipement adapté. La qualité des chaussures est particulièrement importante. Les chaussettes sont conseillées car elles évitent les frottements et absorbent la transpiration. Si vous utilisez du matériel spécifique, veillez à ce qu'il corresponde à votre morphologie (vélo, raquette, etc.). Couvrez-vous toujours, même s'il fait chaud, avec des vêtements qui absorberont la transpiration et rafraîchiront le corps.
  • Éviter de se focaliser sur les performances. Il est dans la nature de l'homme de vouloir se surpasser mais cette attitude peut mener aux accidents et aux conduites néfastes tel que le dopage. L'esprit de compétition sera donc exclu au profit d'une ambiance conviviale et solidaire.